Sexo

CELICOUPLE, LE BON COMPROMIS ?

Si certains se lancent dans l’aventure du mariage ou encore la cohabitation pendant le confinement pour tester leur couple, d’autres préfèrent l’amour par intérim. Individualisme ou génie incompris, cette nouvelle tendance amoureuse dérange autant qu’elle intrigue. Ils s’aiment et pourtant ils ne vivent pas sous le même toit. Et si c’était la solution pour faire durer votre couple ?

PAS SI NOUVEAU QUE çA

Même si le terme de célicouple est assez nouveau, le concept en soi, ne l’est pas. Nos ancêtres à l’époque, avaient déjà compris l’intérêt de ne pas être coller vingt-quatre heures sur vingt-quatre avec sa moitié. Ils devaient déjà se supporter au quotidien dans les champs alors le soir, c’était chacun sa couchette. S’ils voulaient faire l’étoile ou prendre toute la couette, personne ne les jugeait.

En revanche, pas très pratique de dormir à l’autre bout du couloir pour faire des câlins à sa moitié. En plus, une fois fait, il faut se relever en pleine nuit dans le froid pour retrouver son lit. Puis, très certainement par soucis de confort, la religion s’en mêle et décrète qu’un couple partage le lit conjugal. Un seul et même lit pour tout le monde. De là sont survenus d’autre problèmes, comme les pieds froids de l’un qui touche ceux de l’autre, mais une paire de chaussette tue-l’amour et c’est réglé, plus personne se touche pendant deux semaines. 

« Et finalement, quand on voit que certains fuyait le domicile conjugal en faisant des tours en voiture, quitte à se prendre une prune pour avoir dépassé le rayon d'un kilomètre, on se dit que les anciens n'avaient pas tout à fait tort de faire chambre à part. »

Maintenant avec les confinements, vous vous êtes retrouvés bloqués l’un avec l’autre, comme vos ancêtres durant un dimanche de pluie au fond de la Corrèze. Vous aviez la flemme de vous laver, vous n’avez aucune envie de sortir ou de faire un effort et après avoir parlé de la météo avec votre conjoint, vous finissez par vous ennuyer. Et finalement, quand on voit que certains fuyait le domicile conjugal en faisant des tours en voiture, quitte à se prendre une prune pour avoir dépassé le rayon d’un kilomètre, on se dit que les anciens n’avaient pas tout à fait tort de faire chambre à part. 

un début de relation constant

Alors que notre société à une idée assez traditionnelle du couple avec le mariage, la maison et les enfants, le célicouple a aussi de quoi faire rêver. Sur le papier, c’est assez vendeur : vous êtes en couple, sans les inconvénients du couple. Finis de se battre pour la télécommande le soir, pour le linge pas rangé ou les disputes parce que monsieur s’enroule toutes les nuits comme un burrito dans la couette.

Finalement, cette tendance est un condensé de bons moments sans voir l’envers du décor de l’autre. Vous prenez rendez-vous pour vous voir, comme avec votre banquier mais les tensions en moins et les paillettes en plus. Bien sûr, vous êtes content de vous retrouver puisque personne n’a ronflé toute la nuit et a réveillé l’autre. Vous ne voyez pas les défauts de l’autre donc votre relation est préservée.

« Nos ancêtre se contentaient de faire chambre à part mais il ne faut jamais sous-estimer les bobos citadins en mal de soucis existentiels au compte en banque un peu trop fourni. »

Mais attention cependant, cette vie de paillettes nécessite de posséder un peu plus qu’un futon ou un canapé pour votre conjoint. Chacun doit avoir son propre espace et donc un logement à part. Nos ancêtres se contentaient de faire chambre à part mais il ne faut jamais sous-estimer les bobos citadins en mal de soucis existentiels au compte en banque un peu trop fourni. Leurs loisirs ne sont pas accessibles à tous mais au moins, ils sont confortables et nous inspirent.

Crédits photos et images : Annie Spratt, Jeremy Banks et Unsplash. 

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *